5 conseils pour conduire en sécurité sous une forte pluie

Publié le : 26 octobre 20214 mins de lecture

En particulier lors des chaudes journées d’été, qui se feront bientôt sentir dans toute l’Europe, vous devez, en tant qu’automobiliste, être prêt à affronter de gros orages ou de fortes pluies soudaines. Car les conséquences désagréables d’une forte pluie sont, d’une part, une mauvaise visibilité et, d’autre part, le risque d’aquaplaning. Voici comment vous comporter correctement en tant qu’automobiliste et traverser en toute sécurité les aléas de l’été.

1. Augmenter la distance de sécurité

La distance par rapport au véhicule qui précède doit toujours être suffisamment grande dans le trafic routier pour pouvoir freiner à temps. Si la route est mouillée, il faut s’attendre à une distance de freinage plus longue. Par forte pluie, il est également conseillé de ne pas freiner brusquement, mais plutôt de ralentir et de décélérer la voiture.

2. La direction devient un danger

Si les roues avant de votre véhicule ont perdu le contact à cause de l’eau sur la route, la direction devient non seulement impossible, mais aussi dangereuse. La voiture ne répond plus et peut changer brusquement de direction dès que les pneus retrouvent l’adhérence à la route. Par conséquent : réduisez d’abord la vitesse, attendez que l’adhérence de la route soit rétablie, puis braquez.

3. La faible profondeur de la bande de roulement entraîne l’aquaplaning

Plus la pluie est longue et abondante, plus le risque d’aquaplaning est élevé. Selon les experts, la vitesse à laquelle la voiture commence à flotter sur la route mouillée dépend de plusieurs facteurs. Il est incontestable que la profondeur de la bande de roulement des pneus a une très forte influence sur l’apparition de l’aquaplaning. Un pneu neuf avec une profondeur de bande de roulement de sept millimètres ou plus est plus apte à dévier l’eau qu’une bande de roulement usée. C’est une autre raison pour laquelle les pneus doivent être remplacés au plus tard à une profondeur de sculpture de trois millimètres. En effet, avec la valeur limite de 1,6 millimètre prescrite par la loi, les conducteurs risquent déjà une augmentation de l’aquaplaning à 50 km/h.

4. L’aquaplaning et ses éléments déclencheurs

L’aquaplaning peut généralement être détecté à l’avance. Il faut être particulièrement prudent lorsque des bruits d’eau se font entendre et que les aiguilles du compte-tours et du compteur de vitesse s’agitent. Surtout, une secousse dans la direction montre que l’adhérence à la route n’est plus disponible et que le véhicule flotte sur la pellicule d’eau d’une route mouillée.

5. Faire preuve de considération pour les piétons

En particulier dans les agglomérations, les conducteurs doivent faire attention aux piétons en cas de fortes pluies, car ils veulent échapper à l’humidité aussi vite que possible et traversent parfois les routes même lorsque les feux pour piétons sont rouges. Il est donc conseillé de surveiller de près les trottoirs et les voies piétonnes lors de fortes pluies pour éviter les accidents.